01/11/2011

Ariane dans son bain ou "Y'a une comédienne dans ta baignoire?!"

Il y a quelques semaines de ça, notre petit groupe d'amis a reçu une invitation énigmatique: "Venez chez moi samedi à 18h avec un fromage, ne soyez pas en retard". Je fus évidemment en retard mais de façon correcte; je sonne donc à la porte avec un époisse dans la main. Immédiatement orientée vers la cuisine, je me retrouve avec les autres, tous aussi impatients et curieux de savoir la raison de cette invitation. Commence alors je le jeu des devinettes, on pense tous à une annonce importante comme " tu as adopté un nouveau chien ou tu pars vivre à l'étranger..." C'est alors qu'entre deux fous rires, une d'entre nous, grande fanatique de polars et habituée aux énigmes, s'écrie: "Ariane dans son bain!" Un ange passe... quoi? de quoi tu parles? L'initiatrice de la soirée sourie et acquiesce, "oui bravo c'est bien ça, comment t'as trouvé?" Mystère... S'ensuit donc l'explication. "Ariane dans son bain" est un spectacle à domicile, un concept mis en scène par Denis Maillefer où une comédienne vient chez vous et transforme votre salle de bain en scène de théâtre. Plongée dans un bain moussant éclairé par deux petites lumières qui paraissent presque magiques, l'excellente comédienne Aline Papin déroule un monologue de 35 minutes tiré de " Belle du Seigneur" d'Albert Cohen. Ariane se prépare à retrouver son amant le soir même et tout en se préparant se parle à elle même. Cet extrait de texte est savamment si bien choisi qu'avoir lu le roman ou non importe peu. Car il s'agit de ce moment d'attente, de réflexion et d’exaltation qui précède les retrouvailles amoureuses voire charnelles dans ce cas précis; un moment suspendu d'intimité intense, duquel assis devant cette baignoire, on se retrouve spectateur en se sentant presque intrusif; les mots prononcés posant des questions sur le désir et le rapport érotique face à son propre corps révélé par la relation. Le parti pris du jeu permet toutefois de relâcher cette sensation qui pourrait peut-être se révéler gênante; c'est en effet avec légèreté et humour que le texte nous parvient, et cette rupture de style par rapport au propos permet alors de maintenir une distance nécessaire, bien qu'en contradiction avec l'espace. C'est donc un très bon moment que nous avons passé tous les 7 dans cette salle de bain. Un moment où l'on oublie presque qu'il s'agit bel et bien de théâtre, malgré cette effet miroir de nos propres questionnements, grande force du texte de Cohen mais aussi grande force des histoires que l'on raconte, sur une scène, sur un écran où dans ce cas précis; dans une baignoire. Amener le théâtre chez les gens est aussi une très belle idée, il s'agit d'un cadre définit autrement que celui de la théâtralité conventionnelle -évidemment- mais ce concept permet aussi de recevoir ce que l'on nous donne différemment. Car l'effet miroir fonctionne au carré, on se voit dans le reflet de notre propre salle de bain interne si j'ose dire. À l'issu de la représentation, nous avons pu faire connaissance avec la comédienne devant un apéritif où le rôle des fromages prirent alors leur sens. Nous avons à nouveau partagé des rires, mais là il n'était plus question de scène, c'est la comédienne qui assistait à notre intimité dans une inversion des rôles assez joyeuse. Ce concept théâtral est donc une prise de risque très enrichissante car il s'agit d'une forme nouvelle d'expérience de partage artistique autour de mots écrits mais aussi improvisés dans lequel on se retrouve au final spectateur mais bel et bien aussi acteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire