10/09/2017

Broderie bohème, sans bourgeoisie

Il n'y a plus d'habitudes depuis longtemps, j'ai de moins en moins d'habitudes, pour la simple raison que je n'en ai même plus le temps... trop occupée à vivre en spectatrice en pointant du doigt ce que j'estime dysfonctionnel dans le monde, dans mon quartier et chez les autres, j'en ai même oublié d'avoir l'habitude d'avoir un projet.
Peut-être que c'est sans doute parce que je n'en n'ai jamais eu beaucoup ou pas souvent. Pour reprendre ce que j'écrivais déjà il y a quelques mois, "c'est pas bien de ne pas avoir de projet, pas constructif, pas win-win, pas bien". 
Bon en fait autant être honnête, je crois que je m'en fous; enfin plus exactement mon projet c'est de ne pas vraiment en avoir ou plutôt de m'éloigner le plus possible de la nécessité sociale d'en avoir, ce qui en soi constitue déjà un objectif. 
Mon corps par contre est entrain d'en mener un je l'espère, à bien; oui contre tout diagnostic médical pourtant très sûr de lui, j'attends mon deuxième enfant. Mon souhait à présent c'est que cette attente se passe au mieux jusqu'à son terme sans une arrivée au monde aussi traumatisante que celle du premier (pour lui et pour moi).
Face à cette prochaine arrivée, je m'interroge à nouveau sur l'après. Oui parce que l'après ne peut pas être conforme à mon présent; logiquement certes, mais pas uniquement. Oui, je reviens à mes interrogations sur le monde du travail couplées cette fois à la question du vivre ensemble dans une petite ville de l'arc lémanique où vivre est de plus en plus cher et où le prix à payer en vaudrait la chandelle...vraiment?
Ces jours j'ai des envies de Jura, de neige et de sapins et de feu de bois...comme une envie de vivre dans une pub pour du chocolat en quelque sorte. Je dois être une de ces fainéantes (au sens Macronien du terme) qui ne comprend pas pourquoi avec deux enfants et malgré la subvention municipale, les frais de garde en crèche nous reviendront à presque la moitié de mon salaire pour 4 jours par semaine; qui ne comprend pas non plus pourquoi en souhaitant trouver un appartement plus grand pour avoir un minimum d'espace on devrait trouver normal de payer au moins 2'500 balles par mois si on veut rester dans notre quartier où on a justement une place en crèche, une qui ne comprend pas pourquoi dans un parc il n'y a que deux balançoires pour les tout-petits alors que le quartier est ultra-archi familial; qui ne comprend pas encore pourquoi je manque souvent de me faire shooter par les voitures au passage piétons car ces dernières ne s'arrêtent jamais totalement, trop pressées de quoi je ne sais pas mais trop pressées. 
Oh j'ai sans doute des problèmes de privilégiée, dans mon ancien job on m'aurait peut-être dit que je n'avais pas le droit de me plaindre de ce genre de choses après avoir entendu les problèmes des employé.e.s qui venaient nous trouver. Et bien mes plaintes se situent à mon échelle et elles sont réelles et concrètes pour moi. Je n'en attends pas vraiment ni validation ni jugement, je les partage avec qui veut bien les lire.
Quoiqu'il en soit j'arrive au point où je me demande si tout faire pour rester à Lausanne en payant nos factures pour attendre le mois d'après consiste en un bien être réel; si le fait d'avoir un travail pas très bien payé qui n'épanouit pas vraiment est un gage de qualité de vie; si le fait de ne plus trop supporter mon prochain à la Coop, au parc ou dans la rue ne devient pas un début de ras le bol total.
Pourtant j'aime "l'autre", cela fait un bon moment que j'ai cessé le sarcasme et le cynisme pour aborder la bienveillance comme grille d'approche de "l'autre"mais malgré mes bonnes velléités, je continue de me sentir agressée, à coté de la plaque ou simplement pas dans la marche du monde de mon coin. Les ami.e.s se font plus rares, simplement parce que les vies changent, les priorités aussi et nos capacités personnelles à gérer les changements des autres sont très individuelles; certaines personnes chères que l'ont voyait tout le temps disparaissent simplement, c'est comme ça, c'est la vie comme dit le poncif.
Alors voilà quand tout autour devient trop lourd, je me réfugie dans cet espace mental qui permet de disparaitre de soi. Pour moi c'est partager avec celui que j'aime, mes envies de sapin, de neige, de bois, d'herboristerie et d'espace. C'est rêver ensemble de travailler moins et de transmettre à nos enfants si ce n'est de l'argent ou des biens, au moins pas de dettes ni de mal-être. Rêver un peu c'est aussi se donner la possibilité de se broder un avenir un peu différent et qui sait peut-être le réaliser.
C'est oser avoir des fleurs dans la tête et une plante rampante dans l'épine dorsale sans avoir aucun standing à souhaiter tenir, ni plus rien à vouloir prouver à qui que ce soit. C'est tenter d'échapper à la coercition sociale, à la violence ordinaire de la fabrique des fous , c'est souhaiter prendre un peu de recul, dans tous les sens du terme, pour voir un peu mieux et se regarder et se sentir un peu plus tendrement. Ces jours, c'est à mon sens, peut-être le seul projet valable qui soit.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire