03/12/2012

De la bile à l'humour

Voilà bien longtemps que je ne m'étais pas préoccupée d'écrire un peu. Mais bon, trouver le temps et le motif s'avère aussi compliqué parfois que de se faire une place sur le planning des lessives de son immeuble. C'est d'ailleurs une chose comique chez nous, la lessive; " je ne peux pas venir, j'ai la lessive" est une phrase convenue et sans appel. Déroger à cette organisation bien rodée c'est risquer de se retrouver avec l'impossibilité de s'habiller proprement pendant deux semaines; éventuelle horreur qu'aucun d'entre nous ne saurait concevoir, ou si peu; tête baissée et voix rentrée dans la barbe.
Nos vies quotidiennes sont bien agencées oui, et au final ce n'est pas si grave; quoique. Tout ceci manque parfois cruellement de ressort comique, et de mon point de vue, une vie sans humour est une existence sans espoir. Et pourtant! Je ne sais pas vous mais moi je me fais de la bile pour tout!
Tout est sujet à interprétation, à perte d'équilibre, à angoisse ou à une simple mauvaise compréhension. On me dit souvent d'ailleurs que je m'inquiète trop, pour rien ou pas grand-chose.
Mais voilà, ceux qui ont la chance de crier haut et fort que ce n'est pas grave, qu'ils s'en fichent, qu'il y a pire ou qu'au final ça ne changera pas le calendrier Maya; et bien ceux là ont beaucoup de chance ou mentent! Que celui ou celle qui ne s'est jamais fait un sang d'encre pour une broutille me jette le premier caillou...  que j'emporterai dans ma chaussure. 
Nous sommes tous très différent-e-s certes. Il y aurait les natures inquiètes, dont je fais partie, et les natures plus tranquilles, tant mieux pour eux. La psychologie pourrait d'ailleurs m'expliquer de long en large pourquoi ces états de pensée sont des faits, je n'en aurai que faire. Ceci ne change en rien ce qui m'inquiète. D'ailleurs quand je ne m'inquiète pas, ça m'intrigue, et je me demande ce que cela cache. Quel beau principe de vie non? Remarquez je ne m'ennuie pas ou très peu, car je divague beaucoup en sur-interprétations et croyez moi ce n'est vraiment pas évident à suivre pour mes proches; les pauvres.
Une tonalité de voix nouvelle, un regard inhabituel, une sensation soudaine et inattendue et c'est le début du stress. Une échéance trop proche, une chose très importante à faire, une décision à prendre... j'attends la dernière minute pour être bien certaine de m'inquiéter pour quelque chose de valable. 
J'envie tellement les personnes "au carré" celles qui organisent leurs vies comme un agenda Outlook avec des rappels, qui ont une structure mentale claire, qui font des rétros-plannings; mais malgré tout ces personnes m'inquiètent. Oui elles m'inquiètent car pour moi elles manquent d'abstraction. 
Manquer d'une telle capacité c'est aussi manquer d'humour et là le serpent se mord la queue: Comment rigoler un peu sans inquiétude? Les plus grands comiques sont pourris d'angoisses et ceci n'a rien de nouveau. Bon je ne me trouve pas très drôle pour autant, d'ailleurs parfois je me trouve sinistre, mais ce qui me sauve c'est l'auto-dérision, car sans elle, j'aurais sans doute l'impression de passer à côté de la vie. 
Peut-on rire de tout et avec n'importe qui? l'humour a-t-il une couleur politique? Puis-je dans le cadre d'une réunion au travail me permettre quelques bons mots sans passer pour une originale déviante? 
Toutes ces questions, vous l'aurez deviné, m'inquiètent. 
Je n'invente rien et n'en ai d'ailleurs aucunement l'intention, mais ce qui me montre parfois que j'ai un brin d'humour est sans doute ma capacité démesurée à me faire de la bile.
Accepter de rire de beaucoup c'est aussi prendre acte que tout le monde n'est pas conçu pareillement et accepter de rire de soi c'est aussi avoir conscience que tout le monde n'a pas le même trait de fonctionnement, pour ne pas dire, capacité. 
Vivre inquiet-e, c'est épuisant; épuisant pour soi et pour son entourage. Cela crée souvent des conversations surréalistes qui au final seront dénuées de sens. Mais il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir des mots. Ils ont bel et bien un impact, et oui une intonation peut changer le cours des choses et avoir des conséquences qu'il faudra assumer ensuite. 
Cela me rappelle quand enfant à chaque rentrée scolaire je me présentais au prof de sport de cette manière " Bonjour, je m'appelle Virginie Lièvre mais je ne cours pas vite" ...c'est véridique. Bon les conséquences ont souvent été directes quand il fallait faire preuve d'endurance et j'aurais eu mieux fait de me taire. Car au final, j'étais déjà inquiète de ne pas réussir à faire quelque chose. En annonçant une contre-performance éventuelle, je définissais ma peur de ne pas être à la hauteur.
Quelle gageure! 
Mais voilà, mon besoin de décortiquer chaque ressenti est aussi ce qui me pousse à écrire, ce qui me pousse à aimer ou à ne pas aimer. C'est aussi ce qui me meut chaque jour et c'est enfin ce qui définit ma capacité à rarement lâcher l'affaire. Peut-être que l'inquiétude est ce qui énonce chez moi une forme de passion et d'intérêt. 
Il n'est pas question ici de formuler l'inquiétude comme moteur de vie, elle se doit d'être dressée, adoucie dans ses contours; mais elle fait partie du fonctionnement capable d'activer l'humour et la réflexion. Sans elle, aujourd'hui, je ne serai rien, ou pas grand-chose. Je me sentirais vide et sans fondations et surtout sans exigences. Vivre sans attentes ou si peu, envers soi et envers les autres c'est se voler un peu. C'est peut-être oublier qu'on a des droits et des devoirs qu'aucun jour de lessive accompli ne saurait rattraper. 
C'est enfin accepter que nos attentes et exigences sont parfois différentes des autres et qu'il faut s'en accommoder sans déception. C'est inutile, nous n'avons que très peu de poids sur les vies des autres et sur les nôtres tout aussi peu. Seul peut-être l'humour peut nous sauver de nos inquiétudes. Il nous permet de formuler ce qui nous tend sans passer pour des dégénérés. Encore faut-il savoir le doser et prendre acte de ses différents degrés.
J'aime mon inquiétude aussi bien qu'elle m'exaspère; car elle est créatrice. Elle m'éloigne chaque jour de l'ennui et me permet d'avancer dans une forme de confiance qui au final est réinventée chaque matin. 
Se faire de la bile, c'est donc aussi s'aimer et être capable d'aimer les autres. Ou comment être capable de recycler tout ce qui paraît impossible. 
C'est l'écologie du ressenti.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire