25/01/2015

Un chou, une rose, une cigogne et un mur (haut mur)

Comment écrire ce qui est censé ne pas s'écrire; encore moins se dire.
Oui, dans notre société, ce sujet est une sorte de tabou, car seuls les êtres performants, les win-win, ceux qui "gèrent grave", seuls ceux qui décident et qui parviennent; seuls ceux là sont salués et ont d'une certaine manière, le droit de parler. 
En Suisse, cette problématique est en quelque sorte une affaire d'ordre privée. Rien de ce sujet ne doit peser sur la collectivité et dans notre pays d'argent, il devient donc malheureusement logique que la solution ne soit pas du tout prise en charge par les assurances maladie. La solution n'est accessible qu'au prix équivalent d'une Rolex; il faut donc se faire une sorte de raison et accepter ce qui, dans cette situation semble inacceptable: seules les élites ont facilement accès à leur reproduction.

L'infertilité, la difficulté pour un couple d'accéder, et ce malgré la plus forte des envies, à la parentalité; c'est de cela dont je parle.
Jamais je n'aurais imaginé devoir un jour dans ma vie me confronter à ce problème.
Pendant pas mal d'années, je ne me suis même pas posé la question. J'ai atteint la vingtaine en me disant d'abord que je n'en n'aurai jamais envie. Fidèle à une adolescence sombre, je ne voyais pas de raison valable à ce que j'appelais alors "la reproduction". Puis j'ai changé un peu en me disant que je ne ressentais pas d'envie de ce genre et que si à 35 ans je n'avais pas d'enfant, cela voudrait dire que je n'en n'aurai jamais. Et puis il me semblait qu'il fallait aussi rencontrer la personne qui peut-être éveillerait l'envie. Tout ceci était donc loin de moi et je regardais les enfants avec méfiance.

Aujourd'hui, à 36 ans, je revois mes idées passées avec douceur; j'ai rencontré cette fameuse personne et plus que cette dernière, il me semble que c'est l'histoire en elle-même, son énergie, ce que l'on en fait au quotidien, notre capacité à communiquer, à nous aimer pour ce que nous sommes simplement; c'est tout ceci qui a crée en nous, l'envie.
Un jour, tu ne sais d'ailleurs vraiment pas très bien pourquoi et d'ailleurs souvent tu le gardes pour toi car ce n'est pas "cool" du tout, bref, un jour, tu te mets à regarder les bébés différemment. Tu ne les vois plus comme des uniques tubes digestifs un peu flippants. Tu te mets à ressentir un truc étrange dans le bide, un truc que tu ne pensais absolument pas possible en toi.
Tu pensais qu'il s'agissait d'injonctions sociales, et sans prévenir tu te rends compte que ce qui est là, fortement au dedans de toi, c'est que tu es simplement..animale. C'est plutôt étrange comme révélation de soi à soi, car tu dois du coup en finir sur ce sujet, du moins au début, avec ton plus fidèle copain, le sarcasme.
Le temps passe, on s'aime, c'est formidable, mais rien ne vient. Les questions commencent. On te dit de ne pas y penser, de laisser faire. Toi de bonne volonté tu fais ce qu'on te dit, tu essaies donc tant bien que mal de désirer sans vouloir. Bullshit. Tu te fais des films dans ta tête. Tu te sens conne. Rien ne vient. 
Pour finir, ou plutôt pour continuer, vous décidez d'aller voir les machines d'un peu plus près pour essayer de comprendre. Et là après quelques rendez-vous, ça vous tombe dessus comme la foudre.
Vous ne pouvez pas, ou très peu, comptez sur la nature.

Oui mais :
-"Docteur, on peut faire quelque chose?
-oui, il y a la procréation médicalement assistée
-mais ça coûte terriblement cher docteur et ce n'est pas pris en charge, c'est injuste
-oh vous savez si vous n'êtes pas prêts dès le départ à investir, mieux vaut oublier, vous savez c'est cher un enfant. Quel âge avez-vous au fait? 
-36
-ah donc faut pas traîner!"

Il n'y a plus vraiment de tristesse, il y a à présent pas mal de colère et de stress. En colère, parce que le seul soutien de notre société s'apparente à être pris en pitié discrète ou à mettre en avant nos "défaillances", nous ne sommes pas fidèles à la demande de performance. Nous ne respectons pas la productivité.
Et pourtant, nous avons mangé les mêmes pesticides que tout le monde, fumé des clopes, bu des coups, vécu pleinement notre vie, nous avons dansé et aimé, et en quelque sorte aujourd'hui nous nous sentons comme coupables. Coupables de notre envie de donner la vie, coupables de ne pas être blindés de pognon de génération en génération. 
J'insiste beaucoup sur ce sujet, mais c'est aussi celui qui nous met le plus en colère. Nous sommes salariés, nous pourrons sans doute accéder aux traitements en tout cas une fois, mais comment font ceux qui gagnent encore moins? La Suisse ne veut pas de "pauvres". La Suisse veut une reproduction libérale. 
Je fus la première à descendre dans la rue pour défendre le maintien du remboursement de l'avortement...à quand une initiative pour la prise en charge de la pma en Suisse?
Certains prennent un crédit à la consommation pour se payer une grosse bagnole, d'autre pour se payer les traitements qui leur permettront peut-être de donner la vie.
Cherchez l'erreur.
Je sais que j'ai habitué à un peu plus de poésie, mais dans le cadre de ce texte, je crois que nous demandons un droit à la colère.
Nous demandons le droit de faire chier le monde avec notre infertilité.
Nous avons décidé de ne pas nous taire, ni d'être discrets, ni de faire preuve de pudeur.
Quelle qu'en soit l'issue, nous tenterons de vivre pleinement cette nouvelle aventure. Il nous faudra sans doute beaucoup nous aimer, nos amis nous trouverons courageux, d'autres nous trouverons rasoir, tant pis.
Au bout de ce chemin, il y aura nous l'espérons, un enfant. Nous l'aurons longtemps appelé et cherché. S'il n'y est pas, que découvrirons nous?
Dans tous les cas, il y aura, il y a, une mise en perspective de ce que nous pensions jusqu'à présent, de nos décisions et de nos choix de vie. 
Changer, ne plus se faire mal au travail, créer, rêver, voyager, espérer, se révolter.
Être chaque jour un peu plus jeunes en pesant au quotidien nos vies d'adultes.











Aucun commentaire:

Publier un commentaire